Back to top
Printer-friendly version
Vendredi, 28 octobre 2022
session_20.png

Un carton plein pour la Brussels Animation Valley lors de la session 20 de screen.brussels

Pour sa 20ème session, screen.brussels investit près d’1 million d’euros dans la production de 9 projets devant générer près de 18 M€ en dépenses audiovisuelles en Région de Bruxelles-Capitale. Avec quatre projets en animation, deux longs-métrages et deux webséries, la sélection fait la part belle aux studios et aux talents de la Brussels Animation Valley. On compte dans les 9 projets : 4 longs-métrages, 1 série, 3 webséries et 1 documentaire. Voici un aperçu de la sélection :  

Quatre projets en animation : deux longs-métrages… 

The Inseparables  

Le long-métrage d’animation « The Inseparables » est une co-production entre nWave Pictures (Forest),  Octopolis (France) et A Contracorriente (Espagne). Il est réalisé par Jérémie Degruson (Wallonie) et co-écrit avec Alec Sokolow (États-Unis), Joel Cohen (États-Unis), Matthieu Zeller (France), Bob Barlen (Canada) et Cal Brunker (Canada).  Un Buddy Movie amusant qui suit les mésaventures d'une marionnette fugueuse à l'imagination débordante, et d'un animal en peluche abandonné qui a besoin d'un ami. Ils se croisent à Central Park et, contre toute attente, vont faire équipe pour une aventure épique d'amitié à New York. Ce long-métrage d’animation sera entièrement fabriqué  à Bruxelles, car c’est le studio nWave Digital qui, à part l’écriture, l’enregistrement des voix et l’enregistrement du son, produit quasiment tout dans son studio bruxellois  (Forest). Ce projet comptera 9 chef.fe.s de postes et une trentaine de technicien.ne.s bruxellois.e.s et sera mis en musique par les Bruxellois du groupe Puggy.  

Sauvages !  

Produit par Panique ! (Saint-Gilles) avec Haut et Court (France) et Nadasdy Film (Genève), réalisé par Claude Barras et co-écrit avec Catherine Paillé (Suisse). Au Sarawak, sur l’île de Bornéo. Kéria, une enfant citadine, orpheline de mère, recueille un bébé orang-outang dont la lignée vient d’être décimée. Trop occupée à cultiver la réciprocité de cet amour, Kéria néglige son jeune cousin Selaï, nomade de la forêt installé chez elle pour échapper au conflit qui oppose sa famille aux compagnies forestières qui anéantissent son territoire. Celui-ci finit donc par fuguer, en emportant le singe avec lui. Partie à leur recherche, Kéria va renouer avec l’entourage de sa mère et découvrir la vérité sur ses origines. Ce long métrage d’animation stop-motion, entre le récit initiatique et conte réaliste est destiné au jeune public. L’intégralité de la post-production se fait à Bruxelles (130 jours) et on compte un total de 25 technicien.ne.s bruxellois.e.s. Viennent ensuite prêter main forte les sociétés bruxelloises comme Aléa Jacta (Saint-Gilles) à la post-production image et son Adk Kasting (Ixelles) au casting, Cobat Films (Bruxelles-Ville) au laboratoire,  Mr et Mme Productions (Bruxelles-Ville) pour le générique, Stempel (Anderlecht) au montage image. Au casting, on retrouve la bruxelloise Ingrid Heiderscheidt dans un rôle secondaire au côté de célèbres comédien.ne.s (bientôt dévoilés). 

… et deux webséries  

Ante Chris, Saison 2 

Produit par Squarefish (Molenbeek-Saint-Jean), réalisé par le bruxellois Bruno Chaix et co-écrit avec  l’auteur de bd Jean-François Baudot dit Gihef (Belgique). Vous pensiez vous en débarrasser en appelant SOS Fantômes, un exorciste ou un démonologue ? Planquez vos chats et mettez vos grands-parents en sécurité. Chris est de retour à l'orphelinat de Saint-Molard les Mimolettes, au grand dam de Sœur Marceline. Un petit conseil s'il sonne à votre porte le soir d'Halloween : filez lui tous les bonbons que vous pourrez. Ante Chris est une série courte d’animation, aussi caractérisé comme comédie humoristique familiale avec des références aux films d’horreur, qui met en scène Chris, un gamin de 8 ans ayant des penchants sataniques. Ce projet rassemble 9 technicien.ne.s bruxelloi.se.s et la société Chocolat Noisette (Bruxelles-Ville) pour la post-production du son. De plus, l’intégralité du tournage et de la post-production sera effectuée à Bruxelles, donc 100 jours au total. À l’exception du vidéaste et humoriste belge GuiHome, de son vrai nom Guillaume Wattecamps, on retrouve un casting entièrement bruxellois : Pablo Andrès (Entre la vie et la mort, Losers Revolution), Marcha van Boven et Sophie Landresse.  

Boys boys boys  

Produit par Take Five (Saint-Gilles) avec Melting Productions (France), cette websérie d’animation est réalisée par les réalisatrices Valentine Vendroux (France), Clawdia Prolongeau (France), Marie Villetelle (Allemagne) et co-écrite ensemble avec Florent Gimberteai (France) et Clément Treboux (France). Boys boys boys a l’ambition d’aller à la rencontre d’un animal connu, poilu, dominant la chaîne alimentaire, possédant pouvoir, argent et parfois pistolets  mais aussi, bien souvent, rien de tout cela… Beaucoup décrié ces derniers temps : l’homme (avec un petit « h »). Il s’agit d’une série à la croisée du documentaire et de l’animation qui analyse les modèles masculins en évitant de s’enfermer dans le modèle binaire masculin/féminin et montrer toutes les perméabilités. Cette websérie diffusée sur la plateforme web d'Arte Miam! Distribution comptera sur 6 technicien.ne.s de la Région, ainsi que sur l’appui du studio d’animation  Carbone 14 (Saint-Gilles) pour différents services audiovisuels. Tout en veillant sur l’éco-responsabilité pendant le tournage et mettant en place un green manager (David Grançon), ce projet est en grande partie fabriqué à Bruxelles (90 jours).  

Deux longs-métrages en live action 

Beats of love  

Long-métrage produit par Savage Film (Zaventem) avec Rococo Content et PRPL (Belgique), réalisé par Raf et Jan Roosens, et co-écrit par les réalisateurs avec Bert Van Dael (Bruxelles). Beats of Love, suit le parcours de Gloria, 13 ans, durant le divorce de ses parents qui formaient un duo de dj à succès. Gloria vit une relation difficile avec son père très rigoureux, tandis qu’elle idéalise sa mère comme une fan son idole. Il lui tient donc à cœur de soutenir sa mère et ses ambitions de dj dans un monde toxique et plein de tentations, dans lequel elle se perd elle-même. Beats of Love est ainsi un drame musical avec pour partition l’amour inconditionnel d’une adolescente pour sa mère flamboyante.  
Le projet sera quasi totalement réalisé à Bruxelles, avec respectivement 26/30 jours de tournage et 56/76 jours de post-production. L’action du film se déroule à Bruxelles, on y reconnaîtra ainsi les lieux de tournages comme les clubs bruxellois (Fuse, Zodiak) l’Athénée Robert Catteau, le quartier du Matonge ou encore la friche du parc Josaphat (Schaerbeek) et le Scheutbos (Molenbeek). L’équipe comptera quant à elle sur les talents de 8 technicien.ne.s bruxellois.e.s dont 3 chef.fe.s de poste et sur l’expertise des prestataires du Studio L’Équipe (Evere) au laboratoire et Tarara (Laeken) pour le matériel régie. Le casting sera à l’image – étincelante – du projet, comptant dans les rôles principaux sur le talent de Veerle Baetens (Duelles, Au nom de la terre, Tabula Rasa, Alabama Monroe), de sa fille Billie Louise Vlegels et du bruxellois Zwangere Guy pour la première fois à l’écran.  

Largo Winch, le prix de l’argent

Produit par Versus Production (Liège) avec Pan-Européenne (France), ce long-métrage est réalisé par une équipe bruxelloise : Olivier Masset-Depasse à a réalisation et au scénario, co-écrit par Giordano Gederlini en adaptation de la célèbre bande-dessinée de Jean Van Hamme. Quelques mois à peine après la disparition de son fils dans des circonstances tragiques, Largo Winch assiste au suicide du fondateur et directeur de Wingpower, entreprise de sa multinationale WINCH. Largo est sous le choc. Il comprend que ce suicide est lié à la disparition de son fils Noom, que s’il retrouve les criminels responsables, il retrouvera son fils. Largo part à leur recherche, plus déterminé que jamais. Il ne sait pas encore que son périple l’emmènera jusqu’en enfer. Il s’agit d’un long-métrage d’action  moderne et « punchy », qui raconte une aventure exotique avec une profondeur tragique. Le film sera tourné en Belgique, en Thaïlande et en Bulgarie et une équipe conséquente sera engagée en Belgique, dont 37 technicien.ne.s bruxellois.e.s. comme Sophie Casse en tant que directrice de production, Pierre Renson et Maude Piette comme chef déco ou Olivier Struye comme ingénieur du son, mais de nombreux autres talents viendront également prêter mains fortes lors du tournage en Belgique, notamment l’équipe régie, mise en scène, costumes, maquillage, machinerie, green manager, etc. Pour la post-production, dont 540 jours se feront à Bruxelles, on retrouve  Jérémy Hassid en tant que monteur son, François Dumont en tant qu’assistant monteur son, Delphine Mathieu pour le montage image et Anaïs Letiexhe coordonnera les post-synchronisations. Ce long-métrage rassemble aussi de nombreuses sociétés situées à Bruxelles comme Boxon (Ixelles) au montage, Studio l’Equipe (Evere) pour la post-synchronisation, Audiosense (Evere) à la location du matériel son, Ps ma sœur (Uccle) pour la post-production son, Tour de tête (Uccle) pour la location de perruques et KGS (Schaerbeek) à la location de la machinerie. Au casting, on retrouvera Tomer Sisley (Don’t look up, Balthazar, Messiah,) dans le rôle-titre qu’il reprend pour ce troisième volet de la saga Largo Winch.  

1 série tv et  1 websérie

Arcanes 

Produit par Beluga Tree (Bruxelles-Ville), réalisée par Michèle Jacob (qui a déjà réalisé le long-métrage Les enfants perdus également soutenu par screen.brussels ) et co-écrit avec Ben Dessy. 1995. Suite au démantèlement de MTLK Acier, sa dirigeante, Clémence Rosier, va tenter de découvrir les raisons de la mort accidentelle de son fils deux ans plus tôt. Cette série du genre murder mystery, porté une réalisatrice bruxelloise et un scénariste belge sera quasi entièrement post-produite (en travaillant l’image chez Loom, le studio de Caviar Bruxelles) et partiellement aussi tournée à Bruxelles (180/250j). De même, elle rassemble 45 technicien.ne.s bruxelleois.es. et compte sur le matériel de Eye-Lite (Schaerbeek). Présent au casting, on retrouve la formidable Marie Gillain (France, Coco avant Chanel, Goliath, Mystère), qui tiendra le rôle principal de Clémence. A ses côtés, nous retrouverons également le bruxellois Michelangelo Marchese (Belgique, Laissez bronzer les cadavres, Melody, Le serpent aux mille coupures).  

Salle des Profs  

Cette websérie Tv produite par Octopods Films (Bruxelles-Ville) avec la RTBF, est réalisé par Christophe Bourdon (Ixelles) et co-écrite avec Pierre-Yves Wathour (Schaerbeek). “Salle des profs”, une série au format court qui suit le quotidien de deux jeunes trentenaires, Simon et Samia, collègues, meilleurs amis et anciens amoureux. Entourés de leurs collègues plus cinglés les uns que les autres, ils vont vous faire rentrer dans un lieu interdit aux regards extérieurs, où l’on refait le monde, se vanne, s’engueule, se taquine, se bagarre, se réconcilie, délire, s’aime ou se déteste. (Bienvenue dans la... SALLE DES PROFS). Il s’agit d’une série de comédie huis-clos exclusivement tourné en studio. De même, le tournage se déroulera exclusivement à Bruxelles (20 jours) et on peut également compter 25 technicien.ne.s bruxellois.e.s. et la société bruxelloise Boxon (Ixelles). Au casting, on peut retrouver Jean-Luc Couchard (Belgique) et Renaud Rutten (Belgique).  

1 documentaire  

Titre confidentiel 

Un documentaire produit par Alizé Production (Uccle) avec Tempo Allegro (Uccle) et réalisé par le bruxellois Nicolas Delvaulx a également été sélectionné mais son contenu est encore confidentiel à l’heure actuelle. Pour ce projet, la quasi-totalité du tournage (15 jours) et de la post-production (65 jours) sont situés à Bruxelles pour un projet dont l’équipe est majoritairement bruxelloise, à savoir 5 de technicien.ne.s. et avec l’appui de AdnStudio (Schaerbeek) pour le montage image, Clair-obscur Productions (Ixelles) pour l’étalonnage, Ld Vision (Auderghem) pour la direction photo et image et Twins (Etterbeek) pour le son. 

Des galons pour la Brussels Animation Valley 

Parmi les 9 projets, on compte donc 4 projets en animation, soit les 2 longs-métrages  The Inseparables et  Sauvages ! et les 2 webséries Antre Chris, Saison 2 et Boys Boys Boys. Depuis quelques années, les studios d’animation de la Région bruxelloise contribuent par leurs projets ambitieux et reconnus à asseoir la réputation de la Brussels Animation Valley dans le paysage européen de l’animation.  

Trois webséries 

Un tiers des projets soutenus sont des webséries : Ante Chris, Saison 2, Boys Boys Boys et Salle des profs. Un format de plus en plus prolifique à l’ère de mutations constantes dans le profil de consommation des produits audiovisuels, qui se reflète ici dans la sélection.

Responsabilité éco-dynamique du secteur 

Pour la seconde fois, les productions soumettant des dossiers de financement peuvent bénéficier d’un système de points bonus dans la perspective d’une plus grande responsabilité en matière environnementale. Ainsi, la présence d’un.e éco-conseiller.ère dans le projet et l’obtention d’un label eco-dynamique pour la société de production sont gratifiées chacune d’1 point bonus. Par ce mécanisme, 4 des dossiers sélectionnés comptaient la présence d’un.e conseiller.ère en eco-tournage dans l’équipe, tandis que, à ce jour, une  douzaine  de sociétés de productions bruxelloises sont en cours de demande d’obtention du label Entreprise ecodynamique octroyé par bruxelles.environnement. 

Un retour conséquent pour l’économie de la Région  

En investissant 996.000 euros dans les projets de la session 20, ce sont près de 18 M € de dépenses générées pour structurer le secteur bruxellois  de l’audiovisuel – en salaires et carnets de commandes des entreprises. Autrement dit, pour chaque € investi par la Région, 8 € sont réintroduits dans l’économie bruxelloise*. 

  • fund